Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Matthew Walker, Why We Sleep, 2017

Matthew Walker , Why We Sleep : The New Science of Sleep and Dreams, Allen Lane, 2017, viii + 360 pages, ISBN : 978-0-241-26906-0.

À la fois un livre de vulgarisation scientifique sur le sommeil et un plaidoyer pour qu’on donne au sommeil plus d’importance.

C’est l’adénosine qui donne envie de dormir. La caféine se fixe aux récepteurs d’adénosine, mais ne donne pas envie de dormir ; elle se contente d’occuper le récepteur en empêchant l’adénosine de s’y fixer (p. 28). La demi-vie de la caféine dans l’organisme est de cinq à sept heures (p. 28) et augmente avec l’âge (p. 29). Après ce temps de demi-vie, il reste quand même, par définition, la moitié de la caféine ingérée et cela n’est pas rien (p. 28).

FM uses faster-frequency radio waves that go up and down many more times per second than AM radio waves. […] FM waves run out of steam quickly […] the pedestrian pace of AM radio waves gives them the ability to cover vast distances […]

P. 51.

C’est très poétique, mais très éloigné de l’explication réelle. Les ondes s’affaiblissent toutes comme le carré de la distance. Ce n’est donc pas par perte d’énergie, mais par des effets de réflexion, de diffraction… que leur propagation diffère selon la fréquence. Je ne vois pas comment des bobards sur les ondes radio peuvent aider à comprendre la différence entre sommeil rapide et sommeil lent.

[…] alcohol is one of the most powerful suppressors of REM sleep that we know of. […] People consuming even moderate amounts of alcohol in the afternoon and/or the evening 1 are thus depriving themselves of dream sleep.

P. 272.
Acheté en ligne le 22 avril 2018, reçu le 27 (retiré au bureau de poste le 2 mai).
Notes
1.
Je lis ailleurs que pour beaucoup d’autres substances (comme la caféine dont question plus haut) l’élimination est proportionnelle à la concentration, ce qui donne un effet de demi-vie. Par contre, l’élimination de l’alcool est relativement constante. L’alcool commence par séjourner dans l’estomac (30 min), plus longtemps avec un repas (1 h). Ensuite, il passe dans le sang et diffuse dans tout l’organisme. Il est éliminé par le foie. (Un tout petit peu aussi par les reins et dans l’air expiré — ce qui permet le test appliqué aux conducteurs d’auto.) Une bière légère à 4,5 % d’alcool en volume contient quelque chose comme 36 g d’alcool par litre. Pour éliminer un litre d’une telle bière, il faut au moins cinq heures selon ama.lu. Pour bien dormir, il vaudrait mieux l’avoir bue avant 18 h qu’avant 19 h. (On a peine à imaginer un bon moment pour boire une triple. On ne devrait jamais boire que de la Soleil de la nanobrasserie de l’Ermitage.) Il ne faudrait jamais boire d’alcool au repas du soir ni, a fortiori, après.