Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Peter Thomas, « Labour-power (Arbeitskraft) », 2010

Peter D. Thomas , Labour-power (Arbeitskraft), Krisis , 2010, Issue 2.

Peter Thomas souligne en quoi le concept de marchandise force de travail se distingue d’autres concepts, notions ou expressions par où Marx parle de travail, dont :

à quoi on peut ajouter dans le langage courant labour power ou labour force, au sens de workforce, staff, personnel, main-d’œuvre. À cela s’ajoute la difficulté que l’expression Arbeitskraft peut désigner aussi la consommation de la marchandise force de travail, où la marchandise force de travail devient une force de travail humaine, concrète, concrètement mise en œuvre, travail concret qui s’abstrait en valeur.

Yet as Hegel knew, sometimes what is well known, precisely because it is so well known, has not necessarily been fully comprehended. At first glance, labour-power appears to be a simple concept…

P. 49.