Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Thomas O. Nitsch, « Marx on Man’s Sociality by Nature », 1992

Thomas O. Nitsch, Marx on Man’s Sociality by Nature  : An Inexplicable Omission ? , International Journal of Social Economics, Vol. 19 Nos. 7/8/9, 1992, pp. 103-120.

Dans le chapitre 11 du Livre I du Capital, Marx qualifie l’homme de social de nature, comme Aristote le dit politique de nature. C’est dans toutes les éditions allemandes depuis la première (1867) et c’est plus ou moins bien rendu dans diverses traductions. En anglais, la qualification de nature serait maintenue dans la traduction de 1928 par Eden & Cedar Paul (que je n’ai pas pu consulter). Par contre, dans la traduction Moore-Aveling sous la supervision d’Engels, ça a disparu et cela n’a été rétabli dans aucune réédition, populaire ou savante. Fowkes, chez Penguin en 1976, pour la New Left Review, bien qu’il prétende repartir fidèlement de l’allemand de Marx, fait la même omission.

Nitsch se demande si Engels n’a pas voulu « protéger » Marx, contre lui-même, le protéger d’une accusation d’essentialisme métaphysique. Pour Engels et d’autres, il ne pourrait y avoir, d’un point de vue dialectique, de « nature humaine » éternelle.