Le temps qu’il fait à Bruxelles   Le temps de Bruxelles :

Dominique Meeùs
Dernière modification le   
Bibliographie : table des matières, index des notions — Retour à la page personnelle
Auteurs : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,
Auteur-œuvres : A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z,

Heinrich Gemkow & al., Frederick Engels : A Biography, 1972

Heinrich Gemkow (leader), Horst Bartel, Gerhard Becker, Rolf Dlubek, Erich Kundel, Horst Ullrich with Heinz Helmert, Martin Hundt, Wolfgang Jahn, Rosie Rudich, Wolfgang Schroder, Richard Sperl, Inge Taubert, Walter Wittwer, Frederick Engels : A Biography, Verlag Zeit im Bild, Dresden 1972, 653 pages.
Translated from Gemkow 1970.
On le trouve dans le Web, dans l’Internet Archive.

Une très bonne bibliographie grand public, pour commencer, c’est celle de Hunt. Pour des communistes qui veulent aller plus loin politiquement (par exemple sur Engels jeune, la Ire Internationale avec Marx ou bien sur la deuxième internationale, le socialisme allemand, le parlementarisme), il faut lire celle-ci. Elle n’est par contre pas à recommander au grand public parce qu’elle est écrite dans le style de l’époque, l’abus des superlatifs à l’emporte-pièce correspondant au triomphalisme du camp socialiste d’alors.

Comme exemple du style d’époque, à propos de L’Origine de la famille…, à partir des travaux de Morgan et autres :

By applying historical materialism in this manner to new areas of social life and of the sciences, he demonstrated the universal validity of historical materialism for all epochs in the history of mankind. He explained to his readers that world history was a development process with its own laws — in the course of which a socio-economic formation, as soon as it was historically obsolete, was inevitably replaced by a higher social formation. […]

Proceeding from the crucial role of material production in social life, Engels showed in his book, on the basis of numerous historical facts, that the forms of family and property relations of classes and of the state arc historically determined and are therefore also subject to change. He thereby fought the contemporary reactionary bourgeois social theory and philosophy of history and refuted especially the worn-out legend, used by the bourgeoisie and its apologists then as now, of the “eternal” nature of private property and the state.

P. 478-479.

Ce passage est très intéressant en ce qu’il est fondamentalement juste bien qu’écrit dans un style et avec des approximations qui ont le don de m’énerver. L’histoire est un processus où est prépondérant le développement des moyens de production et des rapports sociaux. Le matérialisme historique, c’est cette vision de l’histoire. Une telle vision permet de rechercher les faits, de reconnaître leur importance, de les articuler, bref, de donner dans une certaine mesure un sens à l’histoire, contre la « bousculade informe des événements » (qui, à l’école, m’empêchait de m’intéresser à l’histoire). Parler d’un développement avec ses propres lois, c’est de la blague. L’histoire n’est pas à ce point déterminée. À l’inverse l’application avec bonheur d’une certaine vision la renforce. On peut dire que cette vision en devient alors universellement valide, même si on doit déplorer le ton pompier de « demonstrated the universal validity of historical materialism for all epochs in the history of mankind ». Ce passage reflète une certaine confusion entre philosophie, orientation scientifique et science. On peut dire que le matérialisme historique conduit dans une certaine mesure l’histoire dans la direction de la scientificité, mais le matérialisme historique n’est pas une science et Marx nous rappelle à l’ordre en disant qu’on fait de l’histoire par l’étude des faits et jamais par l’application de principes philosophiques. (Karl Marx, lettre à l’éditeur des Отечественные записки, fin 1877.) C’est un exemple de ce que je veux dire aussi, en plus des superlatifs, en disant que le livre a le style de l’époque. Si on sait faire la part des choses, ça ne diminue pas le prodigieux intérêt du livre. Il est juste en tout cas de dénoncer les « catégories éternelles » d’une certaine philosophie bourgeoise appliquée à l’histoire.

Téléchargé de l’Internet Archive en PDF et en EPUB et lu dans le tram en EPUB sur mon satyre intelligent1.
Notes
1.
Il est vrai qu’à la Renaissance, le latin étant plus à la mode que le grec, on a dit plus souvent faune que satyre, même en anglais, où on dit aujourd’hui smart faun et je devrais dire plutôt faune intelligent en français.